dimanche 12 mars 2017

Quand je serai partie - Emily Bleeker

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  >  ADULTE  >  ROMAN • LU EN NUMERIQUE

Quand je serai partie - Emily Bleeker
Ed. Amazon Crossing - 2017 - Roman
Luke rentre de l'enterrement de sa femme qui a succombé à son cancer. Bouleversé et perdu, il découvre un mystérieux courrier lui étant adressé, rédigé par sa femme. Comment est-il arrivé là et pourquoi ? Malgré la mort, Nathalie va aider son mari à surmonter son départ grâce aux lettres. Eh puis, il y a tant de choses qu'elle souhaite lui dire... Des secrets...

"Luke, lui, avait fini par sécher les siennes, et c'était bien pire que de pleurer à gros sanglots. Au moins, quand vous pleurez, personne ne se permet de remarquer que vous prenez les choses plutôt bien ni que vous êtes soulagé de ne plus la voir souffrir. Ce que les gens ne comprennent pas, c'est que l'on peut très bien se donner l'air de tenir le coup sans véritablement reprendre le dessus pour autant."

Lorsque je suis tombée sur ce livre, j'étais partagée entre l'envie irrésistible de lire ce livre si prometteur et en même temps je ne voulais pas le commencer tout de suite de peur que la tristesse du thème l'emporte et me plonge dans quelque chose de gris. Et je n'avais vraiment pas envie de ça en ce moment. Pour me décider, j'ai lu les 5 premières pages... et je ne l'ai plus lâché jusqu'à la fin !

C'est une belle histoire pleine de rebondissements qui a pour sujet principal, l'amour inconditionnel, la difficulté à faire son deuil et de se reconstruire après la perte d'un être cher. Parfois, on imagine des choses qui ne se produisent pas, et d'autres fois on voit juste.
Elle nous parle aussi de l'amour sous toutes ses formes, du courage, de force, de volonté, de souffrance et de douleur.

"Ken et Barbie se marièrent et eurent un fils gothique."

La force de l'auteure est de nous parler de plusieurs "sujets délicats" tout en ayant réussi à garder une juste distance entre les personnages et nous, pour éviter de nous plonger dans quelque chose de sombre. Paradoxalement, alors qu'on nous parle de mort, de maladie, de maltraitance, ce livre respire la légèreté et la bienveillance.
En le refermant, on a qu'une envie d'embrasser ses proches, de leurs dire qu'on les aime, de partager des moments avec eux.
C'est très bien écrit et judicieusement ficelé. Tout s'emboîte. Tout fait sens. L'auteure sait où elle va et on se laisse guider sans jamais se perdre. On apprend des choses petit à petit, d'une façon ou d'une autre. Les personnages sont riches et complexes. On veut savoir !
Crédible, juste, sans fioritures, on sent que l'auteure sait de quoi elle parle.

"Ils posaient tous la même question, comme si l’on avait distribué une circulaire intitulée "Que dire après un décès". Et comme il était presque certain que personne ne souhaitait connaître la véritable réponse à cette question, Luke répondait invariablement :
- Oh, vous savez, il y a des bons et des mauvais jours.".

La fin répond à tout et enclenche un basculement pour un renouveau.
Le livre débute avec un nouveau départ, tout comme sa fin.
La boucle est bouclée.


Ce roman obtient la note 5*/5*. Il plaira à un large public pour son côté "triller", mais peut moins plaire pour son côté "amour".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire