dimanche 19 mars 2017

Nous sommes tous des féministes - Chimamanda Ngozi Adichie

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  >  ADULTE  >  SOCIETE


Nous sommes tous des féministes
Chimamanda Ngozi Adichie
Ed. Folio - 2016 - Essai
Ce petit livre de moins de 90 pages regroupe 2 textes : un discourt sur le féministe et une nouvelle qui nous raconte le choc culturel d'une jeune nigérienne fraîchement débarquée en Amérique après son mariage arrangé.
2 textes, 2 cultures, 1 vision des femmes-objets, celles qui n'existent que par la présence des hommes pour les hommes.

L'auteure a un style d'écriture franc et percutant mis en avant par de belles phrases et un vocabulaire choisi. On se laisse porter. Avec une impression de proximité, elle nous captive, nous ouvre les yeux en plaçant judicieusement ses remarques sans en avoir l'air. Elle nous montre du doigt ce qu'elle souhaite nous montrer. Ça fonctionne, on regarde.

1re partie : Nous sommes tous des féministes
Ce texte est une version modifiée d'une conférence que l'auteure a donnée en décembre 2012 au TEDxEuston pour un colloque consacré à l'Afrique. Elle y parle de son expérience, de ce qu'elle a constaté, des différences entre le Nigeria et l'Amérique, et de sa vision d'un ou une féministe.

"Le problème avec cette détermination sexuelle,
c'est qu'elle vous dicte ce que vous devez être au lieu de prendre en compte qui vous êtes."

Je ne suis pas particulièrement féministe, mais j'étais curieuse de lire ce livre pour découvrir son point de vue. Simple, efficace, logique. Tout m'a parlé, a retenu mon attention. Finalement, j'ai souligné et annoté une bonne moitié de son texte.
"D'autres diront que la femme est inférieure à l'homme à cause de notre culture. Mais la culture est en constante évolution.
[...]
 La culture ne crée pas les gens. Les gens créent la culture."

Ce texte obtient la note de 5*/5*. Je le conseille. Cela vous apportera de quoi réfléchir.

"J'essaie de désapprendre nombre de leçons sur le genre que j'ai intériorisées en grandissant. Mais je reste vulnérable face au poids de conventions."


2e partie : Les marieuses
Chinaza débarque à New York avec son nouveau mari, fraîchement épousé au pays, à Lagos, grâce à un mariage arrangé. C’est son oncle et sa tante qui ont tout organisé. Elle n'a pas eu le choix, elle devait leur "être reconnaissante" pour tout ce qu'ils avaient fait pour elle.
Tout en découvrant ce nouveau pays dans lequel elle va désormais vivre loin de tout ce qu'elle connaît, elle va découvrir qui est son nouveau mari et tout ce qu'elle doit faire pour s'intégrer.

"On ne vous prévenait pas de ce genre de choses, quand on arrangeait votre mariage. Pas un mot sur les ronflements désagréables, pas un mot sur les maisons qui s'avèrent être des appartements handicapés de l'ameublement."

Fort. Percutant. Captivant.
Nous nous retrouvons à la place de Chinaza. Avec ses yeux, nous constatons les différences culturelles et les us et coutumes. Un faussé la sépare la vie américaine et sa vie nigérienne. 
Avec nos yeux de femme occidentale, nous nous offusquons de ce mariage arrangé pour ensuite nous demander pourquoi un immigré devrait s'effacer, se nier pour adopter entièrement les us et coutumes ainsi que la culture  du pays dans lequel il s'installe alors qu'un autochtone nie sa propre identité pour adopter une culture différente. Ne pouvons-nous pas trouver un juste milieu entre s'intégrer correctement tout en gardant son identité ?
L'auteure nous montre des choses, on en fait ce qu'on veut, mais en finissant cette nouvelle nous prenons mieux conscience de choses dont nous avons entendu parlé au loin. Normal, le temps d'un texte nous l'avons vécu.

"À en juger par les rides qui sillonnaient son visage, elle pouvait avoir n'importe quel âge entre soixante et quatre-vingts ans ; je n'avais pas vu assez de Blanc pour arriver à évaluer leur âge correctement."

Ce texte obtient la note de 5*/5*. Un joli coup de cœur qui remet les choses à leur place.


J'ai hésité devant ce livre. Son titre accrocheur me donner envie de découvrir ce qu'il cachait, mais d'un autre côté le mot féministe du titre me faisait soupçonné un énième livre sur prêchant pour sa paroisse qui ne me faisant pas du tout envie. Après avoir lu l'intro et les 2 premières pages du livre, je n'ai plus du tout hésité.
Je ne suis pas déçue, il valait le coup. Il permet une réflexion sur ces sujets librement sans morale.

J'ai vraiment envie de lire autre chose d'elle et rapidement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire