mercredi 18 mai 2016

La liste de mes envies - Grégoire Delacourt

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  > ADULTE  >  ROMAN

J'ai lu ce livre, il y a déjà quelques années mais je viens juste de m'apercevoir que je n'en avais pas fait la chronique. Il est grand temps que je vous en parle ^^ 

La liste de mes envies
Grégoire Delacourt
Ed. Le livre de poche - 2013
Genre : Littérature française 
(XXème et XXIème siècle)
Jocelyne, 47 ans, mercière à Arras. Femme simple qui a appris à aimer sa vie.  Elle a une famille et un blog de mercerie. Et un jour elle gagne le gros lot ! Après la joie, vient le doute. Que faire de tout cet argent ? Doit-elle le dire au risque de tout perdre ? En attendant d'avoir des réponses elle garde le silence et fait la liste de ses envies.

"J'ai vu ces années sur son visage, j'ai vu le temps qui nous éloigne de nos rêves et nous rapproche du silence. Je l'ai alors trouvé beau mon Jo dans son sommeil d'enfant malade, et j'ai aimé mon mensonge."

L'écriture légère et fluide nous fait tout de suite rentrée dans l'histoire. On est bercé par la tendresse malgré des propos forts, parfois durs.
Conçu comme une sorte de liste, le texte ressemble à un monologue parlé. Les phrases alternent entre longues et courtes. C'est dynamique et bien construit. Les pages se tournent sans s'en rendre compte. On ne veut pas poser le livre avant de l'avoir terminé.
Il y a aussi cette façon de répondre aux questions sans les poser, sans créer un vrai dialogue. Ainsi on reste vraiment avec elle sans avoir les détails d'attitude d'autres personnages ou de récit. Juste l'essentiel. On est Jocelyne. Elle nous raconte son histoire, comme on confit un secret. Sa vie. Elle est heureuse dans sa vie simple malgré ses défauts et ses douleurs. Cette femme nous touche.
"Parce que nos besoins sont de petits rêves quotidiens. Ce sont nos petites choses à faire, qui nous projettent à demain, à après-demain, dans le futur ; ces petits riens qu'on achètera la semaine prochaine et qui nous permettent de penser que la semaine prochaine, on sera encore vivants."

Au premier abord, l'histoire peut paraître simple et ennuyeuse avec son sujet principal "gagner au loto" mais c'est beaucoup plus profond que cela. En arrière plan on traite de l'amour, l'amitié, le mensonge, l'argent, savoir apprécier ce que l'on a, du comportement des gens, de la confiance, le bonheur, l'honnêteté, la maladie... On se pose des questions type : Que dois-je faire ? Faut-il se méfier vraiment de tout le monde quand on a de l'argent ? Qu'est-ce que l'argent peut nous apporter de plus ?

"Réaliser le rêve des autres c'est prendre le risque de les détruire."

Ce livre est très touchant, beau, sans superflu ni prétention. Tout comme Jocelyne.
Sa fin est belle. Serte elle ne répond pas forcément à toutes les questions mais correspond à l'histoire.
On a pas envie de laisser Jocelyne. Une suite peut-être ?

Si il devait y avoir une conclusion à tirer de ce livre, elle serait : les rêves ne sont pas inaccessibles. Il faut juste oser les réaliser !

"Il passe ses après-midi aux terrasses des cafés pour essayer de se faire des amis. Les discussions sont rares. Les gens sont seuls avec leurs téléphones. Ils lancent des milliers de mots dans le vide de leurs vies."

Pour tout cela il obtient la note de 5*/5*. Une lecture de plage rapide, tout en légèreté et en profondeur. Certains aimeront le côté "vie simple" du personnage et de l'histoire et d'autres aimeront justement cela. Moi j'ai été touchée par cette femme, dans laquelle beaucoup peuvent se reconnaitre, et par cette simplicité. D'ailleurs, ce roman fait partie des rares livres que je relirais volontiers.

1ère page du roman.

Il y a tant de citations qui m'ont plu dans ce roman que je vous en mets quelques unes supplémentaires :

"Nous avons deux enfants. Trois en fait. 
Un garçon, une fille et un cadrage."

"Les mots semblaient couler de ma bouche, comme des larmes ; ils m'étouffaient." 

"Nous fîmes l'amour très doucement cette nuit-là.
Etait-ce à cause de ma pâleur, ma fragilité nouvelle ? Etait-ce à cause de la peur irraisonnée qu'il avait eue de me perdre, quelques heures plus tôt au restaurant ? Etait-ce parce que nous n'avions plus fait l'amour depuis longtemps, qu'il lui fallu du temps pour réapprendre la géographie du désir, apprivoiser ses brutalités d'homme ? Etait-ce parce qu'il m'aimait jusqu'à placer mon plaisir au delà du sien ?
Cette nuit là, je ne le sus pas. Aujourd'hui je le sais. Mais Dieu que ce fut une belle nuit."

"Etre riche, c'est voir tout ce qui est laid puisqu'on a l'arrogance de penser qu'on peut changer les choses. Qu'il suffit de payer pour ça."

"Etre aimé chauffe le sang, ébouillante le désir."

"Il sait que la peine redessine les visages, change la couleur des yeux."

"La mer est grise à Nice. 
Il y a de la houle au loin. Des dentelles d'écume. Quelques voiles qui s'agitent, comme des mains qui appellent au secours mais que personne n'attrapera plus."




J'ai découvert l'auteur avec ce livre et j'avais bien envie d'en lire d'autres. 
Le prochain que je lirai sera "La première chose que l'on regarde". Je l'ai acheté il y a 2 semaines et il me fait de l'oeil ;)

1 commentaire:

  1. C'est un roman très touchant, je ne connais pas le deuxième de cet auteur que tu as lu, j'irai certainement le découvrir.

    RépondreSupprimer