jeudi 3 mars 2016

On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt


••• Livre Coup de Coeur •••

On ne voyait que le bonheur
Grégoire Delacourt
Ed. Le livre de poche - 2014
Genre : Littérature française 
(XXème - XXIème siècle)
Comment parler de ce livre sans trop en dire...

C'est l'histoire d'un homme, la 40ène. De sa vie. Des apparences. Des douleurs profondes qui structurent un petit garçon en homme. De la lâcheté. Une critique sociétale habilement montrer sans en avoir l'air. D'un homme qui tombe. D'un homme qui se relève.
D'Antoine.

"Je rêvais alors d'une immense et tragique histoire d'amour. Quelque chose qui ferait mentir ma mère, mon père, tous ceux qui se quittent et qui, en se quittant, détruisent les autres, sèment des cadavres."

La couverture reflète tout à fait le titre. L'image idéale. Les apparences.
Malgré ses plus de 300 pages, il se lit en un rien de temps. On ne le pose pas. On est happé par ce personnage qui dérive. Par cette mélancolie ambiante. Les émotions. C'est touchant. On s'attache.

"Un jour de douleur efface mille jour de bonheur."

Le livre est découpé en 3 parties, 2 grandes où l'on suit Antoine, et une petite où l'on suit un second personnage. Les chapitres intérieurs sont très courts, pas plus de 3 pages. On alterne entre passé et présent. On découvre Antoine. La passé rejoint le présent.
Les thèmes principaux sont : grandir avec l'absence d'amour, l'estime et la confiance en sois, et le pardon. Des thèmes forts.
L'écriture est bien ficelée. Dynamique. Certaines choses sont totalement inattendues alors que d'autres (surtout vers la fin) sont plus évidentes.
Une fois qu'on referme le livre, on connait toutes les réponses aux questions que l'on pouvait se poser. Sauf une seule. Une qui revient régulièrement de la moitié du livre jusqu'à la fin. On ne sait pas mais après tout ce n'est pas le plus important.

"On se fane tu sais, quand on n'est plus, on se décivilise, on se méprise, on s'ignore."

Ce livre mérite largement son 5*/5*. Un beau coup de coeur !
J'étais émue du début à la fin. Et c'est pas seulement parce que je suis enceinte ;) Il est touchant et humain. On se dit que cela pourrait arriver à l'une de nos connaissances sans s'apercevoir, que les apparences cachent bien des douleurs... "On ne voyait que le bonheur."


Cliquez sur l'image pour l'agrandir et mieux lire ;)

J'ai hâte de lire un autre livre de cet auteur. J'avais déjà beaucoup aimé "La liste de mes envies" et cette seconde lecture confirme que j'aime beaucoup l'écriture de Grégoire. Ma prochaine lecture de lui sera surement "La première chose que l'on regarde". :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire