vendredi 22 mai 2015

Et puis, Paulette… - Barbara Constantine

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  > ADULTE  >  ROMAN

Et puis, Paulette…
Barbara Constantine
Ed. Calmann-Lévy - 2012
Genre : Roman français
Et puis, Paulette… le dernier personnage à rejoindre Ferdinand dans sa grande ferme. Avant il y vivait seul, avec juste un chaton dont il ne voulait même pas. De fil en aiguille, la ferme se remplit grâce au bon sens de ses petits-enfants (6 et 8 ans) et de la gentillesse du vieux Ferdinand. Sa voisine, un ami d'enfance, 2 très vieilles dames, des étudiants, un âne, un chien et un chat… La vie reprend ses droits dans la joie et la bonne humeur. C'est solidarvioc.


"Et là, en pyjama, au milieu de la cour, le fond du pantalon encore humide, il s'est demandé très sérieusement comment il allait faire pour expliquer au petit chaton combien ce serait mieux, oui, tellement mieux, s'il mangeait ce qu'il chassait.
Tuer pour rien, c'était du gâchis. Ça ressemblait trop à ce que font les hommes.
Quel intérêt ? Pas bon à copier, ça, mon minou."

On rendre dans l'histoire en quelques pages comme dans un bout vie lorsque l'on rencontre quelqu'un. On arrive, découvre Ferdinand, puis un second personnage, puis un autre… on voit se construire un groupe puis le livre est déjà fini. Une fin mi-ouverte. Inattendue. Ils ont tant de choses à vivre. Même si l'auteur ne répond pas à toutes nos questions, on s'en fiche. C'est comme dans la vraie vie. On a passé un excellent moment avec ces personnages. Une chouette pause traitant de l'amitié, de l'amour, du deuil et la solidarité.
"Peut-être qu’à force de ne plus se voir, on finit par s’oublier."

Dès les premiers paragraphes, on reconnaît instantanément l'écriture dynamique et fluide de Barbara Constantine. C'est touchant. Vivant.
Les courts chapitres -3 pages en moyenne- ont un petit titre explicite. C'est un piège ! On tourne les pages en se disant "encore un petit chapitre". Mais le temps défile et l'on est encore accroché au livre.
On suit l'histoire avec les yeux des différents personnages. On a plusieurs points de vue, plusieurs ressentis. Ils ont tous leur caractère propre. On apprend petit à petit à les connaître, comme pour mieux les apprécier, les découvrir. L'auteure nous dit les choses entre les lignes. Dépose des infos à droite, à gauche, et nous, on fait les liens naturellement. Pas besoin d'en dire plus.


"Une couille dans le potage c'est une erreur
deux, c'est une recette"

Malgré qu'il soit très rapide à lire, on peut aussi prendre tout son temps pour mieux en profiter. On se sent bien dedans. On peut même y verser sa petite larme. Il est vrai que c'est un peu le pays des Bisounours, mais ça fait du bien !

Ce roman est une jolie pause poétique et humaine qui mérite bien la note de 5/5.

1 commentaire:

  1. Ça y est j'ai le ce fameux livre!ça me rappelle notre folle virée avec Domy !

    RépondreSupprimer