mercredi 5 novembre 2014

Dieu est un pote à moi - Cyril Massarotto

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  > ADULTE  >  ROMAN

Il y a quelques jours je vous ai parlé de ma participation à Parlons Livres le Mag #3 et vous ai également posté ma chronique de la "Guerre des mondes". Aujourd'hui voici ma petite chronique de ce livre. N'hésitez pas à lire mon interview de l'auteur dans le  mag :) 

Dieu est un pote à moi
Cyril Massarotto
Ed. France Loisirs - 2008
Genre : Roman français
En lisant la 4ème de couverture*, je m'attendais à découvrir 2 potes qui draguent les filles, vont à des soirées, regardent le foot ensemble, se remontent le moral... Toutes sortes de choses que font 2 potes, la particularité étant que l'un des deux est Dieu. Mais non. J'étais bien loin de la réalité.


"Je crois que tous les somnifères que l'on avale lorsqu'on est adulte, ce sont toutes les berceuses que l'on ne nous a pas chantées quand on était enfant."




Malgré que, oui, Dieu fasse des blagues au personnage principal, oui il l'aide, oui ils se retrouvent lors de rendez-vous hebdomadaires, cela reste avant tout un livre qui nous présente le christianisme d'après la vision de l'auteur. Dieu nous explique certains points sur la religion qui font réfléchir le personnage principal (et sans doute certains lecteurs) mais il reste toujours à distance.
Nous suivons les moments importants du personnage principal, sur plus de 30 ans. Dieu n'est qu'un personnage secondaire qui apparait au fil des pages. D'où le titre "un pote à moi". "A moi" est prioritaire. 
Cela m'a fait penser à du Paulo Coelho. 

Le texte est rédigé à la première personne, dans un langage familier (là aussi le synopsis du livre est trompeur). Il est divisé en plusieurs grandes parties, elles mêmes divisées en sous-chapitres chronologiques Dès le début de ma lecture j'ai été surprise par le langage utilisé. Cela m'a dérangée.

"Aujourd'hui est le premier jour du reste de ma vie. J'ai du temps à rattraper. Ou plutôt, du temps à gagner. Je dois gagner le temps qu'il me reste, simplement en le vivant."

Pour le plus grand malheur de ce livre, mon cerveau a fait rapidement le lien entre le texte et des scènes du film "Bruce tout puissant". Ce qui m'a déclenché ce parallèle c'est  simplement un passage au début, lors de la rencontre entre Dieu et notre personnage principal. Rien de transcendant mais tout d'un coup je me suis retrouvée avec Jim Carrey et Morgan Freeman, dans la grande pièce blanche. Et là c'était fini. Jim Carrey est resté dans mon esprit un bon tiers du livre. Comment voulez-vous que je rentre dans une nouvelle histoire lorsque je n'arrête de repenser à ce clown de Jim ? Pas possible. 
Maintenant que j'y réfléchis, je me dis qu'on retrouve à peu près la même la distance entre Dieu et Bruce qu'ici entre notre personnage et Dieu.
Toutefois, dans le roman de Cyril Massarotto, plus on lit l'histoire, plus il devient "sérieux", ce qu'on n'a pas autant dans "Bruce tout puissant".

Malgré que je sois passée à côté de ce livre, je pense qu'il doit plaire. Je le conseille en lecture de plage pour les adultes ou ados. 
Il obtient la note de 2*/5*.

___________
*4ème de couverture : 30 ans, plutôt sympa et un sacré pote, Dieu. Oui, Dieu, vous avez bien lu. Un pote pas encombrant du tout, bien au contraire. 
Quand Cyril, vendeur la nuit dans un sex-shop, rencontre la femme de sa vie, Alice, étudiante en psycho, Dieu lui vient en aide et pas qu'un peu. Il a du répondant et de l'humour, Lui ! Et Il sera toujours là même dans les moments les plus noirs de sa vie.
Un premier roman au succès incroyable. Tendre et émouvant, à mourir de rire aussi, absolution comprise !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire