samedi 8 février 2014

Corps à l'écart - Elisabetta Bucciarelli

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  > ADULTE  >  ROMAN

Dévoré en quelques jours, je viens juste de finir mon livre gagner grâce au partenariat organisé par  Libfly et les Editions Asphalte.

Ce qu'il y a de bien c'est que je peux retirer 213/1058 pages que j'ai à lire pour le 1er mars ^^ Il ne m'en reste plus que 845p ^^ (sur 2 livres).


• "Corps à l'écart" - Elisabetta Bucciarelli - roman - littérature Italienne
4ème de couv. : "Dans une gigantesque décharge, en Italie, un groupe d'adultes et d'adolescents survivent en triant des déchets qu'ils recyclent, réparent et vendent. Il y a Iac, en rupture avec sa famille, Lira Funesta qui parle trop, Saddam le Turc qui lance l'appel à la prière du sommet d'un monticule de déchets, et Argos, le géant zimbabwéen. Il y a aussi le Vieux, toujours endormi sous sa couverture. Autour d'eux gravitent Silvia, fille d'un grand chirurgien esthétique, et Lorenzo, le pompier qui veut le bien de tous. La survie de la petite communauté va être mise en péril par la découverte de déchets toxiques, qui n'auraient jamais dû se trouver là... Véritable microcosme, la décharge, lieu de vie, de transit et de trafics, est un personnage à part entière de Corps à l'écart."


Mon avis 
Lorsque j'ai lu le titre de ce roman je suis restée septique mais la photo en noir et blanc m'a intrigué. Ce sont les 2 premières phrases de la 4ème de couverture qui m'ont convaincu. Je trouve très intéressant le sujet abordé, un sujet peu traité.
L'auteure réussit à nous parler de la pauvreté poussée à l'extrême tout en gardant une légèreté qui rend la lecture facile. Cela nous permet de prendre un peu de recule et de nous poser des questions sur nous et notre société actuelle, la société de consommation.
On nous montre la société sous un autre angle celui d'un ado de 16, 17 ans et pauvre. L'histoire nous montre un vrai contraste entre la pauvreté et la richesse. Je sais que dis comme ça, ça peut paraître bateau, mais c'est bien amené.

J'ai tout de suite accroché avec l'écriture de l'auteure et la mise en place d'une l'histoire prenante. On est immédiatement dans l'univers "décharge" pour ne plus en sortir. Tout ce que j'aime. En quelques lignes on nous pose l'ambiance et elle nous colle à la peau. Petit à petit on fait connaissance avec les personnages, les histoires de familles, les mystères... Rien n'est donné d'un coup, tout arrive par petits bouts. Les situations et paysages sont biens décrits. On vit avec eux.
On ressent beaucoup d'humanité de la part des personnages qui sont tous différents, avec un vécu, une culture et un caractère propre.

La lecture est dynamique car on a aussi bien du récit (en vision externe) que des dialogues. Ca la rend vivante et plus facile à appréhender. Les chapitres sont courts et on veut toujours en lire un de plus. J'étais tellement dans l'histoire que je n'ai pas cherché à imaginer la suite. Je ne voyais pas comment cela pouvez se terminer.  L'auteur sait nous tenir en haleine en disant juste se qu'il faut quand il faut. L'approche et la construction de l'histoire m'ont fait penser à un film.

Hors mis le thème de la pauvreté, on y trouve aussi ceux de la famille (qu'ils sont et qu'ils ont), l'amitié, la fraternité, l'amour… Je ne vous dis pas tout vous n'avez cas le lire ! A mon sens la 4ème de couverture en dit trop mais bon, vous commencez à me connaître maintenant ;)

Vous l'aurez deviné, j'ai beaucoup aimé ce roman, d'où ça note. Si ce n'est pas un coup de coeur c'est dû à sa fin. En partie elle m'a plu malgré qu'elle soit "ouverte", mais quelque chose me dérange (je ne vous direz pas quoi ^^ ).

Je le conseille à tous dès 14 ans.
Si jeune ? Oui, car mise à part certaines descriptions dégoutantes du lieu de vie, les événements les plus durs sont expliqués brièvement et avec distance. De plus, ça peut-être une bon support de base pour débattre de la société avec les jeunes.

Le petit plus de ce livre est qu'il est basé sur une réalité et on retrouve un petit "dossier" en fin de livre nous parlant de l'Italie en 2009-2010.
En tout cas, je dois bien l'avouer, depuis cette lecture je REGARDE autrement les sdf et mes déchets.


Ma note : 5*/5*

Citation : "Saddam, sage comme toujours, venait d'accorder à Isa le peu qu'il fallait pour qu'il reprenne confiance en lui."

 et 

___________________
Mes autres livres chroniqués lus en partenariat :

• avec Libfly : "Sérum (s1, e1)" - Henri Lœvenbruck et Fabrice Mazza • Lu et chroniqué (note : 5*/5* Coup de coeur)
• avec PriceMinister : "Une part de ciel" - Claudie Gallay - roman - littérature française •  Lu et chroniqué (note : 2*/5*) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire