dimanche 1 décembre 2013

Une part de ciel - Claudie Gallay

CHRONIQUE  >  ADULTE  >  ROAMN

En début de mois, j'ai gagné un livre grâce à PriceMister pour participer aux "match de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten" J'ai choisi "Une part de ciel" de Claudie Gallay, paru à l'occasion de la sortie littéraire 2014, en septembre. 
Aujourd'hui, le temps est venu de vous donner mon avis sur ce "gros" livre

• "Une part de ciel"- Claudie Gallay - roman - littérature française
4ème de couv. : "Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse… Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ? Avec une attention aussi intense que bienveillante, Claudie Gallay déchiffre les non-dits du lien familial et éclaire la part d’absolu que chacun porte en soi. Pénétrant comme une brume, doux comme un soleil d’hiver et imprévisible comme un lac gelé, Une part de ciel est un roman d’atmosphère à la tendresse fraternelle qui bâtit tranquillement, sur des mémoires apaisées, de possibles futurs."



Mon avis
Quoi de mieux que de savourer un bon livre au chaud sous sa couette ? Rien. A moins peut-être de sentir la présence chaleureuse de son mari blotti tout contre vous pendant que vous lisez. On est samedi soir, il est 21h30, le pyjama est mis, je suis bien confortablement installée, je peux commencer ma lecture. J'ai l'impression d'être retourné à mes années d'adolescence,  mes 14 ans, à lire le soir en écoutant le pluie tombée. 

Tel était mon état d'esprit au moment de débuter mon roman. Il faut dire qu'après avoir lu "Les déferlantes", que j'ai beaucoup aimé, je n'avais qu'une hâte : lire un autre livre de cette auteure. C'est donc toute naturellement que pour ma participation aux "Matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten" j'ai choisi ce bouquin. 

Ce livre est un grand format de 546 pages, découpé sous forme de journal, un jour égal un chapitre, sur une durée d'un mois et demi. Chaque chapitre faisant une dizaine de pages. 
Ne vous fiez pas au grand format trompeur, la police de caractère est relativement petite ce qui nous donne une impression de mettre beaucoup de temps à lire une page… Ce livre ferait bien 600 pages en format poche. 

Dès les premières pages, on retrouve tout de suite le style de l'auteur, avec sa façon d'écrire "prise de notes" qui peut gêner au début lorsque l'on a pas l'habitude. C'est bien écrit et rythmé. On le lit sans difficulté, tantôt avec le sourire tantôt sans. On retrouve beaucoup d'humanité.
Le texte est à la première personne et au présent. On rentre rapidement dans l'histoire pour suivre les aventures de Carole, personnage principale du roman. On découvre avec précision, au fur et à mesure les personnages secondaires, des paysages, les ambiances, des légendes liées aux lieux. On est projeté avec elle, dans son monde, comme pris au piège. 
Parfois, Il y a un peu trop de détailles et cela m'a détachée de l'histoire. En revanche j'ai trouvé intéressant le fait de voir plusieurs "niveaux sociales" et différents types de comportement.

Je vous conseille fortement de ne pas livre la 4ème de couverture qui pour moi en dit beaucoup trop car l'histoire n'est pas faite de mille rebondissements. C'est d'ailleurs son point faible. Nous vivons la vie quotidienne d'une femme, allant et venant, croisant des personnes, tout ça dans l'attente d'un homme et repensant à un souvenir douloureux. Cela aurait pu être intéressant si une histoire parallèle venait pimenter le tout. Or là, nous n'avons rien de tout ça. On arrive dans une vie pendant instant et on repart, c'est tout, un peu comme un reportage. Sur ce point, ça m'a fait penser à un récit de voyage et au livre "Les vitamines du bonheur" de Raymond Carver. 


Malgré un début prometteur j'ai fini par m'ennuyer un peu… On attend plus de 240 pages pour avoir des éléments "de rebondissements"… pour moi c'était trop tard. Pourtant dès le début je suis bien rentrée dans l'histoire, sans pouvoir posé le livre au milieu d'un chapitre, mais plus les pages passent plus "l'action" m'a manquée. J'ai pu à plusieurs reprises poser mon livre trois, quatre jours sans me poser de questions sur le livre, sans ressentir la moindre curiosité et avoir envie de me replonger au côté de Carole. J'aurai aisément pu commencer un autre livre sans jamais finir celui-ci. C'est dommage… 


Vous l'aurez compris, j'ai bien accroché à l'histoire dès le début mais je m'en suis rapidement détachée. Peut-être ai-je trop gardé en mémoire le roman "Les déferlantes" ? En tout cas, je n'ai pu m'empêcher de comparer les deux, qui dans les grandes lignes ont beaucoup de points communs. Je vous ai mis un petit comparatif en dessous. 


Je conseille ce livre aux personnes friandes de récits sur des moments de vie quotidienne et de culpabilité.



Ma note : 2*/5* 

Citation : "Il faut tenter sa chance sinon elle s'en va chez les autres"

Comparaison entre "La part de ciel" et "Les déferlantes"
On retrouve dans les deux livres : 
- le thème de la douleur (différente), la solitude
- le sentiment d'abondant (différente)
- le côté humain et touchant
- le même lieux commun dominant
- les légendes de la région du cité dans le livre
- le style d'écriture est le même, peut-être plus écrit dans "Une part de ciel"
- les personnages sont assez similaires

- on retrouve un lien à un artiste
"Les déferlantes" est plus profond son histoire de fond, il y a plus d'énigmes contrairement à "La part de ciel" où l'on se pose moins de questions.
Pour conclure, les 2 histoires se ressemblent dans leurs structures, leurs douleurs et certains personnages. Les personnages principaux ont presque le même rythme et style de vie.
Si vous avez aimé l'un, vous aimerez l'autre.


Et vous, vous l'avez lu ? Qu'en pensez-vous ?
_______________________
Atures livres lus ou encore dans ma PAL de cette auteure : 
• "Les déferlantes" - roman - mon avis (5*/5*) • 4ème de couv.
• "Dans l'or du temps" - roman - 4ème de couv. 

1 commentaire:

  1. un livre que j'espère lire bientôt, j'apprécie cette auteure, j'espère ne pas être déçue!

    RépondreSupprimer