dimanche 15 septembre 2013

REUNION Parlons Livres (14/09)...

Hier après-midi j'ai participé à la réunion "Parlons Livres, autour d'un café" et comme d'habitude j'ai passé un super moment. Cette fois, nous étions dans l'Aude (11000) près de Sigean.

Le thème de cette réunion était une lecture commune autour d'un même auteur, Anna Gavalda.
Pour ma part j'avais lu : "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" et "35 kilos d'espoir". Je vous en parlerai dans la semaine :)

Voici les livres dont nous avons parlé :
Sur d'Anna Gavalda



 


Sur d'autres auteurs :



 ...


• "Désordre et sentiments" - Anna Gavalda - nouvelle - littérature française
4ème de couv. : "Je vous offre ce petit récit haut en couleur que j'ai écrit spécialement pour vous. Pour vous et pour ma sœur. Un vieux compte à régler, une fantaisie, un moment de complicité joyeuse que je dédie à toutes celles dont on a brisé le cœur un jour et qui en sourient aujourd'hui puisque la lecture, c'est bien connu, console de tous les chagrins..."


• "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" - Anna Gavalda - nouvelles - littérature française
4ème de couv. : ""Quand j'arrive gare de l'Est, j'espère toujours secrètement qu'il y aura quelqu'un pour m'attendre. C'est con. J'ai beau savoir que ma mère est encore au boulot à cette heure-là et que Marc n'est pas du genre à traverser la banlieue pour porter mon sac, j'ai toujours cet espoir débile."
Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences."


"Ceux qui savent comprendront" - Anna Gavalda - nouvelles - littérature française
4ème de couv. : "Ici une petite nouvelle de 63 pages, un vrai condensé de bonheur. Un jeune homme mal dans son boulot, dans sa vie de couple qui repense amèrement à ses rêve d'antan. Ceux-ci n'ont pas été à la hauteur de ses espérances. Une rencontre fortuite, une soirée agréable, des vérités dites...il n'en fallait pas plus pour remettre tout en ordre...

"L'échappé belle" - Anna Gavalda - nouvelle - littérature française
4ème de couv. : "Le petit bourgueil était bien frais. Nous avons rongé des rillons, mordu dans des tartines de rillettes épaisses comme des édredons, savouré des tomates tièdes, du fromage de chèvre et des poires du verger. [...] Nous avons parlé des mêmes choses qu'à dix ans, qu'à quinze ou qu'à vingt ans, c'est-à-dire des livres que nous avions lus, des films que nous avions vus ou des musiques qui nous avaient émus [...] Allongés dans l'herbe, assaillis, bécotés par toutes sortes de petites bestioles, nous nous moquions de nous-mêmes en attrapant des finis rires et des coups de soleil.

"Je l'aimais" - Anna Gavalda - roman - littérature française
4ème de couv. : "À soixante-cinq ans, il est à l'âge des bilans. Elle en a moitié moins et rumine son chagrin. Celui d'avoir été plantée là avec ses deux filles par un mari volage parti pour une "femme moins usée". A priori, Pierre et Chloé n'ont pas grand chose à partager. Il en décide pourtant autrement, emmenant sa belle-fille sur un coup de tête pour quelques jours à la campagne. Au fil d'un long dialogue, ils vont peu à peu se livrer. Tombe alors le masque du "vieux con" autoritaire et hautain attribué un peu hâtivement par Chloé à son beau-père. L'homme renfermé aux jugements définitifs révèle une blessure et une sensibilité à fleur de peau, tandis que la jeune femme pleine de vie reprend le dessus sur l'épouse éplorée. C'est peu de dire qu'après le formidable succès surprise de Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, on attendait avec impatience et un brin d'anxiété ce premier roman d'Anna Gavalda. Qu'elle se rassure, elle transforme l'essai et, à nouveau, la magie opère. Je l'aimais confirme avec brio ce que ses nouvelles laissaient entrevoir : un sens aigu de l'observation, une sincérité et une générosité qui habitent chaque page. Du rire aux larmes, par la grâce d'une langue d'une sobriété et d'une évidence rares, elle nous fait littéralement ressentir toute la gamme des émotions qui traversent ses personnages : le trouble engendré par une passion naissante, la douleur d'un homme confronté à la maladie ou d'une femme trompée, la bouffée de bonheur procurée par un rire d'enfants. Rien que des événements d'une banalité déconcertante, transcendée par un regard si juste et si chaleureux que chacun se reconnaîtra dans les situations évoquées

"Ensemble c'est tout" - Anna Gavalda - roman - littérature française
4ème de couv. : ""Et puis , qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaie, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leur différence..." Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin. Ces quatre-là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour - appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever." 

"La consolante" - Anna Gavalda - roman - littérature française
4ème de couv. : "Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue quand il était enfant et qui incarnait pour lui un univers bien différent de sa famille petite-bourgeoise : un univers de folie, de passion, de douleur même, un univers vivant. A l'annonce de cette nouvelle, il bascule dans l'angoisse et le chagrin. Il perd pied. Dans son couple, dans son travail, dans ses certitudes... jusqu'à ce que sa rencontre avec la lumineuse Kate change sa vision du monde." 

 "35 kilos d'espoir" - Anna Gavalda - roman jeunesse - littérature française
4ème de couv. : "Grégoire est renvoyé de son collège, et son grand-père, qu'il adore, refuse de le consoler. "D'accord, j'ai compris. Je ne suis pas complètement crétin, quand même. Je voudrais bien travailler ; mais l'ennui, c'est que je n'y arrive pas. Tout ce qui se passe à l'école, c'est comme si c'était du chinois pour moi. Ça rentre par une oreille et ça ressort de l'autre." Grégoire déteste l'école si fort, qu'en sixième, il a déjà redoublé deux fois. Le seul endroit qu'il aime, son refuge, c'est le cabanon de son grand-père Léon, avec qui il passe des heures à bricoler. Quand Grégoire est renvoyé du collège, Léon est furieux, cette fois. Il renonce à consoler son petit-fils et lui refuse sa protection. Il est peut-être temps pour Grégoire d'accepter de grandir...

 "Le grand nez de Lili  Steinbeck" - Heinrich Steinfest - polar - littérature autrichienne
4ème de couv. : "L’extraordinaire Lilli Steinbeck, aussi élégante et raffinée que son nez est difforme, enquête sur une série d’enlèvements à travers le monde. Seul point commun à toutes ces disparitions : les victimes, des hommes ordinaires, ont séjourné en Grèce et croqué dans une pomme empoisonnée avant de réapparaître mortes aux quatre coins du globe. Assistée d’un détective athénien obèse, Lilli Steinbeck a mis le nez dans un drôle de jeu où le lecteur croisera aussi bien Batman qu’un tueur à gages finlandais et les derniers dodos ...

 "Gelée royale" - Roald Dahl - nouvelles - littérature anglaise
4ème de couv. : "Comment faire grossir un bébé qui refuse de manger ? Son père, passionné d'apiculture, a une idée qui pourrait bien révolutionner l'alimentation des nourrissons ! Comment garder un œil sur sa femme après sa mort ? William Pearl, avec la complicité d'un ami neurochirurgien, tente une expérience inédite. Mais on ne revient pas impunément d'entre les morts... Plongez dans l'effroi pour éclater de rire à la page suivante - avec Roald Dahl, maître de l'humour noir so british !"

 "Les vitamines du bonheur" - Raymond Carver - nouvelles - littérature américaine
4ème de couv. : " Tout le monde rêve. Si tu ne rêvais pas, tu deviendrais fou. J'ai lu des trucs là-dessus. C'est une soupape. Les gens rêvent quand ils dorment. Ou alors, ils deviennent dingues. Mais moi, quand je rêve, je rêve de vitamines. Tu comprends ce que je te dis ? ".

 "Les mots qui font du bien" - Nance Guilmartin - essai - littérature américaine
4ème de couv. : "La vie de chacun est marquée par des moments difficiles. Dans ces situations délicates, les proches et les amis sont plus qu'un réconfort, ils sont une aide, un soutien. Mais il n'est pas toujours facile de trouver les mots justes. Un livre indispensable pour savoir quoi dire et toujours répondre présent à ceux qui en ont besoin.

"Les tribulations d'une caissière" - Anna Sam - essai - littérature française
4ème de couv. : "Elle s'appelle Anna, elle a vingt-huit ans, un diplôme universitaire de littérature et huit ans d'expérience derrière une caisse de supermarché. Un métier peu propice aux échanges, ponctué de gestes automatiques... Anna aurait pu se sentir devenir un robot si elle n'avait eu l'idée de raconter son travail, jour après jour. Elle vous a vu passer à la caisse. Vous avez été des clients faciles ou des emmerdeurs, riches ou pauvres, complexés de la consommation ou frimeurs. Vous l'avez confondue avec une plante verte ou vous lui avez dit bonjour, vous trépigné à l'ouverture du magasin ou avez été l'habitué nonchalant des fermetures. Anna, vous l'avez draguée, méprisée, insultée. Il ne se passe rien dans la vie d'une caissière ? Maintenant, prenez votre chariot et suivez Anna jusqu'à la caisse."

 "Absolument dé-bor-dé !" - Zoé Shepard - essai - littérature française
4ème de couv. : "Bienvenue dans le monde merveilleux, où il est enfin possible de solutionner un problème sans avoir à régler et de piloter un projet sans s'en occuper. En devenant chargée de mission, Zoé Shepard pense avoir trouvé un travail : grossière erreur ! Plongée dans une ambiance de cour de récréation, elle oscille entre le fous rires nerveux et consternation." 


La prochaine réunion aura lieu à Perpignan (66000) le samedi 28 septembre à 14h30. Ce n'est pas sûr que je puisse y aller...

Et vous, que pensez vous de ses livres ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire